Il y a longtemps, il y avait un jeune indigène qui voulait courtiser les filles du village. Mais il y avait un problème, il n'aimait qu'une seule fille.

Un jour, il alla l'attendre à la rivière, à l'endroit où l'on allait chercher de l'eau le matin, et quand elle arriva, leurs regards se rencontrèrent, mais elle, sentant le désir du jeune homme, sourit et dit :

Qui pensez vous être? Penses-tu que je t'épouserais ? Un simple habitant des tentes qui n'a même pas sa propre tente ? Absurde. Et avec des mots méchants et des insultes, elle lui fit très honte.

La jeune fille était la fille d'un grand chef et regarda avec abomination le pauvre jeune homme, et s'en alla en emportant son eau.

Le jeune homme se tenait là en pensant : « Elle m'a causé une grande honte ; Ce serait tellement bien si je mourais tout de suite.

Alors, à l'aube, il décocha une flèche vers le nord et marcha dans la même direction. La nuit, alors qu'il était sur le point de se reposer, il trouva un gros orignal immobilisé par la flèche qu'il décocha. Il prit un morceau de viande, le rôtit et le mangea. Après avoir mangé, la douleur dans son cœur s'est quelque peu atténuée ; Et très fatigué il s'endormit bientôt.

Ainsi pendant quatre jours : à l'aube il tirerait une flèche et au crépuscule il trouverait un orignal blessé par la flèche. Il tuait l'animal, rôtissait la viande et la mangeait, jusqu'à ce qu'enfin il se sente un peu plus heureux.

La quatrième nuit, il pensa : « Je suppose que je pourrais rentrer chez moi », mais soudain, il entendit des voix humaines venant du bosquet d'arbres. S'attendant au pire, il pensa : « Même s'ils me tuent, qu'est-ce que c'est ! C'est la mort que je cherche. Mais alors qu'ils se rapprochaient, il entendit qu'ils parlaient de Dakota.

L'un des deux a dit : "Mon pote, donne-le-lui", mais l'autre répondit : "Non, mon pote, tu le lui donnes." Encore une fois, le premier parla : « Ami, tu parles mieux que moi. Encore une fois, l'autre a refusé, "Mais, non, mon ami, tu lui dis."

Enfin, ils se tenaient dans le cercle éclairé par le feu, et merveille des merveilles, les jeunes virent qu'ils étaient des hommes d'une beauté inépuisable, et alors qu'ils se tenaient là, leurs corps semblaient émettre une lumière scintillante.

Enfin, l'un d'eux a pris la parole zen : "Garçon, nous savons bien que tu as beaucoup de peine au cœur, mais une deuxième fois, ça n'arrivera pas - écoute bien !"

Ils ont sorti une longue flûte et l'un d'eux a commencé à jouer. De l'embouchure de cette flûte, qui était faite comme un porte-épée, sortait un doux son perçant.

Alors ils lui dirent : « Prends ça avec toi, mon garçon, et va dans ton village.
A minuit, quand le peuple dort, traverse le champ en jouant de cette flûte, et il arrivera sûrement que toutes les femmes se lèveront et te suivront. Puis les deux beaux hommes se retournèrent et, ô surprise, le jeune homme vit deux élans disparaître dans les arbres.

Le jeune homme rentra chez lui et, pendant que les gens dormaient, il se promena parmi les tentes en jouant de la flûte. Alors que la musique voyageait dans les airs, les femmes ont émergé, traînant leurs couvertures, et ont commencé à le suivre. Ils l'entouraient fascinés par la mélodie de la flûte, mais il les ignorait tous, s'émerveillant du son de la flûte.

Une fille s'est approchée de lui à plusieurs reprises en lui disant : « zen , tu ne te souviens pas de moi ? Je suis la fille du chef. "Mais il n'a entendu que le son merveilleux qui sortait de la bouche de la flûte.

Une fille, cependant, n'a pas rejoint la foule. Elle s'est assise tranquillement seule à l'extérieur de sa tente. Et c'est elle que cherchait le jeune homme.

C'était un beau mariage!

On dit que ce garçon était l'orignal d'origine.

Chez les Dakotas, l'orignal symbolise la beauté, la virilité, la vertu et les charmes masculins. On dit parfois d'un homme qu'il est un orignal. C'est un grand éloge.

Sauvez la magie de Siyotanka !
Sauvez la médecine Moose! Tout est lié, aujourd'hui et toujours.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *

Flauta Nativa Ashar